NEWSLETTER

pour recevoir des informations sur notre actualité, inscrivez-vous  

Mentions légales

La maison

Agenda

Nous contacter

Auteurs

INFORMATIONS PRATIQUES

Editions LABORINTUS

10 rue Victor Duruy

59000 Lille

redaction@editionslaborintus.com

© 2018

Gianpaolo Furgiuele

Jacques d'Adelswärd-Fersen

Persona non grata.

Gianpaolo Furgiuele

JACQUES D'ADELSWARD-FERSEN 

Persona non grata.

Pages 270

Format 12 x 18 

20 euros

Isbn : 979-10-94464-205

Parution 10/12/2019

Quand ce livre parut en 2015, il fut froidement accueilli par une certaine critique prétendument engagée et militante. À l’époque, des remarques d’ordre idéologique avaient négligé plusieurs nouveautés : la publication de l’article d’Ada Negri, du testament de Jacques d'Adelswärd dans la version déposée par son notaire de l’époque, ou encore de plusieurs textes méconnus, comme celui paru dans la revue de Cerio à Capri ou dans la revue Pan. Certes, il eût fallu être plus pointu, parfois plus rigoureux. Pourtant, au niveau du contenu, l’ensemble éclairait les motivations de la violence du tout-paris littéraire qui s’était déchaînée contre Fersen ; les documents proposés offraient des sources qui permettaient de ne pas l’ignorer, en proposant des pistes de réflexion nouvelles.

L’héritage de la classe intellectuelle qui avait condamné Jacques d'Adelswärd à l’exil resurgit vigoureusement dès que ce nom tant méprisé réapparaît dans les catalogues éditoriaux. Il serait démuni de talent littéraire, ne figurerait pas parmi les grands auteurs. Mais est-ce bien l’écrivain que l’on critique... ou plutôt sa personne ? Et puis, combien de grands auteurs peuplent les anthologies, les librairies, les festivals, la mémoire collective ? Théophile Gautier, dans un siècle désormais lointain, écrivait à propos du romantisme que « si le public ne s’occupe guère d’habitude que des étoiles de première grandeur, il n’existe pas moins dans les cieux des lueurs vagues qu’on néglige, et qui sont parfois des mondes considérables [...] et qui jouent un rôle important dans l’harmonie universelle ». On a donc vu émerger le sentiment d’une vision formatée de l’histoire littéraire.

« Au lieu de m’aider, écrit Jacques d'Adelswärd en 1909, toute une catégorie bien peu indulgente et nullement intellectuelle d’adonisiens me tourne le dos. » Il avait bien raison de le croire, car cette méthode a perduré, devenant la règle. D’ailleurs, selon certains, il faudrait que l’agenda d’une maison d’édition soit dicté par la morale et l’actualité politique. Quant à la question de savoir ce qu’a fait cette critique depuis quatre-vingts ans maintenant, cela reste un point non négligeable de l’histoire culturelle de ce pays.

 

Cette réédition augmentée propose des extraits de poèmes, des articles de journaux français et étrangers, des morceaux choisis de la production de Jacques d'Adelswärd. Et, pour la première fois, elle propose la pièce de théâtre Les messes noires de Roland Brévannes, s’inspirant des faits de l’avenue de Friedland. Cette pièce avait été censurée à l’époque, puis mise en scène au théâtre de la Bodinière à Paris.

Jacques d’Adelswärd-Fersen (Paris, 1880 – Capri, 1923) est un écrivain et poète français, auteur de nombreux textes, mais aujourd’hui méconnu. Il se suicida à Capri, avalant de la cocaïne dans sa Villa Lysis, où il passa les dernières années de sa vie en érigeant l’image du dandy et du poète malheureux

 

 

Editeur, enseignant universitaire, Gianpaolo Furgiuele est docteur en littérature française à l'Université Paris Ouest Nanterre.  Ses centres d’intérêt portent sur les imaginaires sociaux engendrés par la production culturelle des XIXe et XXe siècles, en particulier celle des auteurs maudits. Il est l’auteur de cinq livres et collabore à plusieurs quotidiens et revues littéraires.